«Management des Technologies et des Systèmes d'information»  
                           
                           
                           
                           
   

   
 
News
Un article sur Nandegeza Jacques MUSAFIRI et ses activités en Europe et en Afrique dans le Journal Jeune Afrique du 4 au 10 septembre 2016

Vous le trouverez dans le dossier « le plus de Jeune Afrique » consacré à l’Afrique Centrale en page 66.


Dans cet article, Jeune Afrique a succinctement abordé les 3 activités (Les NTIC, l’Energie et les Infrastructures) que nous menons de front, au sein de nos trois entités :


Nandegeza Jacques MUSAFIRI,
Président de MTSI International Consulting


1. La société MTSI International Consulting qui intervient au sein des organisations en tant que conseil dans la résolution des problématiques stratégiques, organisationnelles et techniques. Ses métiers couvrent l’ensemble des services dédiés à la transformation de l’organisation et au développement de la performance.

Avec MTSI International Consulting, nous accompagnons des organisations privées et publiques autour des domaines de compétences suivants :

√ Le conseil en organisation;

√ Le conseil en système d’information;

√ L’Assistance à la Maitrise d’Ouvrage (AMOA);

√ L’accompagnement au développement international.

Nous proposons à nos clients une approche globale, du conseil stratégique à la mise en œuvre opérationnelle.

De Paris à Kinshasa, nous leurs faisons bénéficier d’une expertise et d’une assistance de proximité en prise directe avec leurs enjeux et leurs contraintes.

2. La Société e-COM SAS qui a pour objet l’exercice tant en République Démocratique du Congo (RDC) qu’à l’Etranger, des activités portant sur :

√ L’exploitation d’une plateforme multicanal et multifonction de paiement et de services ;

√ Le conseil et services en monétique et en Transactions Electroniques Sécurisées (TES) ;

√ La création et l’intégration des applications spécialisées offrant des solutions au commerce électronique (e-commerce) et au gouvernement électronique (e-gouvernement) ;

√ La mise à disposition et l’intégration de solutions dédiées à la gestion des titres sécurisés et des systèmes d’identification (cartes d’identité électroniques, permis de conduire électroniques, carte santé, etc.), ainsi que des flux dématérialisés (télépaiement de taxes et impôts, télé-procédures, etc.) au service des citoyens.

Nous apportons aux entreprises requérant des solutions de paiement multicanal, ainsi qu’aux services publics de l'Etats ayant décidé de relever le défi de la simplification de l’administration en utilisant comme levier d’innovation les NTIC, un environnement hautement sécurisé pour acheminer les paiements électroniques en RDC et des outils innovants pour les gérer.

Nous leurs proposons d’intégrer le paiement électronique par carte bancaire sur leurs sites Web, en interaction avec le système interbancaire de paiement électronique en RDC.

3. La Société AFRICAN ALLIANCE ENERGY SAS qui a pour objet l’exercice en Afrique, des activités portant sur les industries et les services de la production d’énergie renouvelable en collaboration avec des partenaires ayant une expertise industrielle dans le secteur de l’énergie comme MECAMIDI et GREENSAILS ainsi qu’avec ceux du secteur financier (fonds, Banque etc.) avec lesquels AAE SAS peut nouer de partenariat gagnant-gagnant sous forme de joint-venture, consortium ou des contrats de prêts dans :

√ La production, le transport, la distribution et la vente de l'énergie électrique sous toutes ses formes ;

√ La fourniture des services innovants : L’apport des solutions flexibles pour la fourniture et la maintenance des centrales électriques, pour elle-même ou pour des tiers, à base des énergies primaires d’origines renouvelables (énergie solaire, énergie éolienne, énergie hydroélectrique, la biomasse, la géothermie etc.);

√ Le conseil dans le montage et la réalisation de projets : l’accompagnement des sociétés porteuses de projets dans l’identification, le financement et la réalisation des centrales électriques à base des énergies primaires d’origines renouvelables;

√ La coordination de la sous-traitance pour le compte des sociétés de projets dans lesquelles, AAE SAS en qualité de société mère détiendra suffisamment de droits de vote en assemblée générale d'actionnaires pour pouvoir y imposer cette décision. Elle se positionnera donc comme « tête de groupe » d’un « Groupement d’entreprise » spécialisé dans la production, le transport, la distribution et la vente d’énergie.

En véritable accélérateurs d’opportunités, MTSI International Consulting, e-COM SAS et AFRICAN ALLIANCE ENERGY SAS se donnent pour missions d’accompagner l’innovation et le développement de l’économie numérique et le Partenariat transformateur pour les infrastructures de base et pour l’énergie renouvelable (Eolienne1, solaire2, hydro-électrique3, bio-masse4 etc.) en Afrique.

Nandegeza Jacques MUSAFIRI
Président

« Enjeux politiques et géopolitiques de la COP22 »
Jeudi 21 avril 2016

Le 21 avril 2016, la Société d’Encouragement pour l’industrie a accueilli une conférence sur les « Enjeux politiques et géopolitiques de la COP22 » à l’initiative de l’association « Maroc Devoirs & Droits » organisée avec le soutien de l’Ambassade du Royaume du Maroc et de la Société d’Encouragement pour l’industrie nationale en France.


Nandegeza MUSAFIRI, président de MTSI International Consulting, représentant de
« African Alliance Energy » à la conférence sur les « Enjeux politiques et géopolitiques de la COP22 ».

La Société d'encouragement pour l'industrie nationale est associée à la création d’un comité de coordination France-Maroc de réseaux d’Entrepreneurs pour la COP22 qui se tiendra du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech


A gauche, Son Excellence Chakib Benmoussa, Ambassadeur du Royaume du Maroc en France. 
A droite, le secrétaire d’état Français de la Vincent Placé, Secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat et de la simplification.



La COP21 organisée à Paris en 2015 s’était terminée par « l’Accord de Paris », une série d’annonces visant à engager la communauté internationale sur une trajectoire ambitieuse :

  • Limitation du réchauffement climatique à 2° d’ici la fin du siècle ;
  • Soutien financier en faveur des pays de l’hémisphère du sud ;
  • Evaluation et communication régulière des résultats obtenus par chaque Nation ;

Pour les dirigeants du Royaume du Maroc, si la COP 21 a été l’occasion « des décisions », la COP 22 sera « la conférence de l’action ».


Panel de la conférence

J’ai été invité à cette conférence pour intervenir en tant que représentant de « AFRICAN ALLIANCE ENERGY » qui se positionne sur le marché Africain comme l’un des acteurs du conseil et services, capable de mettre sur pied des Partenariats transformateurs à l’échelle du continent africain, avec des modes de financement innovateurs au profit du secteur énergétique africain en collaboration avec des partenaires spécialisés dans le secteur de l’Environnement et des énergies renouvelables.

L’Afrique n’est pas à la base du problème du dérèglement climatique, mais elle peut faire partie de la solution. Pour cela, elle avait besoin d’un nouveau pacte pour l’énergie, une initiative africaine visant à mobiliser la volonté politique et un soutien financier pour résoudre les défis énergétiques de l’Afrique.

Monsieur Akinwumi Adesina, le président de la BAD a déclaré au début de cette année que le “Nouveau Pacte pour l’énergie en Afrique” fixe l’objectif ambitieux d’un accès universel à des services énergétiques en Afrique d’ici 2025, ce qui signifie qu’il nous faudra fournir une énergie moderne à 900 millions de personnes en Afrique subsaharienne afin de couvrir les besoins de celles qui n’y ont pas encore accès, mais également de faire face à la croissance démographique prévue.

La vision d’AFRICAN ALLIANCE ENERGY est de s’inscrire dans cette démarche initiée par le président de la BAD qui met l’accent sur trois points :

  1. « Électricité » L’indisponibilité de l’énergie en Afrique est inacceptable, de même que son coût. Le Nouveau Pacte pour l’énergie en Afrique est une initiative transformatrice reposant sur un partenariat qui aspire à garantir l’accès de tous à des services énergétiques en Afrique d’ici 2025.
     
  2. « Potentiel » En plus de 700 gigawatts d’énergie potentielle provenant des énergies fossiles, l’Afrique souhaite tirer aussi parti des 10 térawatts d’énergie solaire potentielle, des 350 gigawatts d’hydroélectricité, des 110 gigawatts d’énergie éolienne ainsi que des 15 gigawatts d’énergie géothermique.
     
  3. « Partenariat », parce qu’aucun pays, aucune organisation, ni aucune initiative ne peut y parvenir seul. Le secteur privé constitue une source de leadership et de financement.
     

Nandegeza MUSAFIRI

Deloitte publie la première édition de son étude
« La consommation en Afrique : le marché du XXIème siècle »

L’Afrique deviendra la destination prioritaire des investissements à l’international des sociétés européennes de distribution et de biens de consommation d’ici à 2017 - Neuilly-sur-Seine, vendredi 19 juin 2015


 

Bordeaux accueille le continent Africain

Lors de la Journée nationale des diasporas africaines, les 24 et 25 avril 2015 à Bordeaux, les entrepreneurs de la métropole bordelaise rencontreront leurs confrères des diasporas ainsi que des entrepreneurs venus spécialement du continent africain.


Avec Alain Juppé (Maire de Bordeaux, ancien premier ministre de France et futur candidat à la présidentielle de 2017 en France)..

Finance - Pour son premier eurobond, l'Éthiopie récolte un milliard de dollars - vendredi 05 décembre 2014

 

Lionel Zinsou : « Il faut regarder l’Afrique pour ce qu’elle est… » - Lundi 10 Mars 2014

 
 
Hollande : « La France doit doubler ses échanges avec l'Afrique » - 4 décembre 2013


 
Védrine : "L'Afrique peut devenir le nouvel 'Eldorado' de la France" - 3 décembre 2013

 

Interview de Michael J. Andrew, Président de KPMG International : « En Afrique, nos activités progressent de 15% à 20% par an » (Jeune Afrique n°2723 du 17/03/2013)

Le cabinet international se tourne vers le continent pour échapper à la crise qui sévit en Occident. En jouant des spécificités de chaque région, mais avec une vision globale, précise le patron australien.

L’Australien Michael J. Andrew dirige KPMG depuis dix-huit mois. Installé à Hong Kong, ce fiscaliste de formation est l’un des premiers patrons des « big four », les quatre plus grands cabinets d’expertise comptable et d’audit, à être basé hors des États-Unis.

De passage à Lagos, il a livré à Jeune Afrique quelques éléments sur l’implantation de KPMG sur les marchés à fort taux de croissance. Notamment le continent, où le cabinet emploie 6569 professionnels et a réalisé l’année dernière 416 millions d’euros de chiffre d’affaires. Objectif: mettre en œuvre une stratégie globale, allant de l’audit au conseil.

POUR LIRE LA SUITE...


L'Afrique nouveau champion de la croissance

Jeudi, 03 Janvier 2013 09:47 Par Radhi Meddeb, président fondateur de l'association Action et développement solidaire
Radhi Meddeb. DR

 

 

 


 

L’Afrique a fait figure d’absent de l’Histoire pendant les quarante premières années de ses indépendances. Depuis 2005, elle renoue avec une croissance forte. Elle est aujourd’hui l’une des trois régions les plus dynamiques de la planète et le retour sur investissement y est globalement le plus élevé. Le XXIème siècle sera africain, au-moins en partie.

Les progrès de l’Afrique sont spectaculaires. D’après le FMI, le PIB des 48 pays subsahariens aura cru en moyenne entre 5 et 7 % l’an depuis 2003. Sur la dernière décennie, six des 10 économies où la croissance aura été la plus élevée dans le monde sont africains et en 2012, cinq pays africains auront fait mieux que la Chine et 21 mieux que l’Inde !

POUR LIRE LA SUITE...


L'Afrique peut-elle devenir la locomotive de l'économie mondiale ?
Mardi, 15 Janvier 2013 09:04 Par F. Maury, M. Pauron et S. Ballong

Malgré les crises internes et externes, l'Afrique démontrera en 2013 encore sa capacité de résistance. Mais de là à devenir une locomotive mondiale, il y a un pas que seule l'accélération des réformes permettra de franchir.


Alors que l'Occident s'enfonce dans la crise, ce sont l'Asie et
l'Afrique qui tirent l'économie mondiale. © Jon Berkeley/JA

POUR LIRE LA SUITE...

 

             
   

 

   

© 2013 - MTSI International Consulting

   

Template by Kais Kaisala MANGUBU